Catch Me If You Can Baby

le pacemaker musical

31 mai 2010

Notons que j'ai perdu le premier compte rendu que j'ai fait de ce concert parce que mon ordi a décidé sans raison aucune de s'éteindre. Si ça se trouve j'avais été plus drôle.

Je disais donc que les White Rabbits pour ma part c'était surtout une histoire d'amour sauvage pour le titre Percussion Gun. Parce que la vie étant ce qu'elle est, une batterie qui cogne fort me fera toujours plus d'effet qu'un solo de saxo. La faute à ma jeunesse passée devant Buffy qui m'a donné l'envie secrète de savoir me battre pour démonter le premier regard de travers dans la rue toute virilité torse poils dehors probablement. On est ce qu'on est.


4134563548_f74f7636dd_b

Le Point Ephémère accueillait donc mardi dernier le concert des new yorkais de White Rabbits. A l'heure des premiers constats, la salle est bien mignone en bord de seine, mais qui est le con qui a mis 15 pilliers dans la salle et qui a oublié de brancher le ventilo? Je râle. Ma soeur et moi même préférons boire des bières en observant les "artistes" (étienne jaumet représente) plutôt que d'écouter la première partie (j'aime bien faire ma connasse parfois). Je n'en parlerais donc pas.
Viennent alors les six gus du groupe. Bien bien, le public composé de fans servant de prompteur aux chanteurs en cas d'oubli, mais aussi de gens en costards venus par hasard semble tout à fait pret à se prendre une claque suante.
Ben ça n'a pas tardé à arriver mon petit je te le dis. et pas seulement parce que le degré de sudation a frôlé le climbmax (le superbe dude blond du groupe suait de l'avant bras, et surement des oreilles et de toutes les parties de son corps). Les petits mecs ne sont pas très bavards, enchainent parfaitement les titres à un rythme effréné. Quand arrive Percussion Gun, et les trois dudes frappant à se rompre les bras sur des toms (stp thx), je sens mes yeux s'ouvrir tout rond, fascination violente quand tu nous tiens.
A croire que l'explosion intérieure a fait se déclencher l'orage au dehors.

Tout le monde est ressortit le sourire aux oreilles en mode "coucou j'en parlerai à tous les copains demain". Crois moi que j'ai fait de même.

(pas le concert parisien mais quand même)



Commentaires

    MAIS SI, MAIS SI

    "Les petits mecs ne sont pas très bavards, enchainent parfaitement les titres à un rythme effréné"

    C'est vrai qu'en concert ils ne sont pas très locaces, mais je peux te dire qu'en interview ça y va, ce qui est assez inespéré d'ailleurs quand tu n'as que quatre malheureuses questions à leur poser par manque de temps de préparation...
    Ce qui me fait me rappeler que je suis une feignasse qui n'a toujours pas commencé à retranscrire cette itw (j'aihonte).

    Posté par donttrustthype, 31 mai 2010 à 18:56
  • fandéchichou que c'est vrai, une grande histoire d'amour avec Percussion Gun, la batterie ouais, fait vibrer la frange c'est pas faux, et le piano n'en parlons pas, fait faire du trampoline à tes hormones.

    Posté par Chloë, 31 mai 2010 à 19:30
  • ah moi je ne vis que de leur 'Percussion Guns' et d'eau fraiche c'est bien simple. Les machins c'est des toms pas des caisses claires (oui j'étale ma science oui)

    Posté par sophie T, 01 juin 2010 à 19:30
  • sophie merci j'ai corrigé, c'est mes potes musiciens qui auraient bien rigolé, en même temps j'avais bien mis le "ou je ne sais quoi" hihihi

    au travail dtth au travail

    Posté par hansy, 01 juin 2010 à 20:26

Poster un commentaire