Catch Me If You Can Baby

le pacemaker musical

22 mars 2010

J'en avais presque oublié que j'avais encore deux concerts à chroniquer.


PJ HARVEY & JOHN PARISH @ SHEPHERD'S BUSH EMPIRE LONDON

Je crois qu''il va falloir être clair tout de suite, PJ Harvey à Londres c'est juste impossible de te le raconter. C'était à vivre sur le moment, pas de chance. Ce petit bout de femme à mon respect éternel. Je me souviens du petit jeu dans Rockn'folk, "être rock en ... c'est...". Etre rock en 2009 c'est voir PJ Harvey en concert je crois. C'est même pas original à dire mais c'est cruellement vrai. Elle était là avec sa robe nuisette noire, ses bras trop longs comme ceux d'un gibon, ses pas de danse râté, pieds nus, le cheveu ondulé. Elle remerciait tout le monde, regardait son comparse John Parish le regard pétillant d'admiration. Tout le monde l'écoutait quasi religieusement. C'était beau, très beau. Un moment gravé dans ma mémoire de petite idiote de 19ans. Alors après les Karen O' et compagnie sont peut être des monstres de scène, mais PJ Harvey est leur mère à toutes. Quand elles auront 40 ans on en reparlera niveau intégrité musicale et présence.
J'incline ma frange. Désolée de ne pas pouvoir en dire plus. Quand c'est parfait c'est finalement dur de trouver les mots.


PETER DOHERTY @ THE PROUD GALLERIES LONDON



Par contre quand c'est très mauvais on y arrive plutôt bien. Dernier concert londonien et pas des moindres, Peter Doherty à la Proud Galleries(des anciens boxs à chevaux transformés en gallerie d'art/bar).
Comment te dire? Je vais éviter de raconter les détails inintéréssants comme la dame pipi qui distribue des bracelets lumineux ou le match de foot.

Deux heures d'attente, pas de signe de Peter. On commence à baliser et puis voilà qu'on nous laisse entre dans une salle minuscule avec une scène digne des showcases organisés par la fnac. Placée devant le micro au deuxième rang je me dis "bingo hans" quitte à partir passer la première chanson pour des raisons de sécurité.
Je passe la première partie, The Vault, très mauvais très prétentieux, têtes de cochons. Incompréhension face à l'euphorie des anglais pour leur musique. On mettra ça sur le compte de l'alcool bu pendant l'attente.
Puis Peter arrive. Peter c'est finalement triste de voir à quel point il joue le jeu du mec déglingué. Pantalon se fermant avec une épingle à nourrice, tâches dessus, air totalement absent, un sentiment de non envie d'être présent. Les gens étaient comme fous. Je me disais qu'en voyant Peter là bas en Angleterre j'avais plus de chance d'échapper aux groupies insuportables. Erreur. Y'a même eu baston pour te dire comment c'était.
Une mauvaise ambiance au possible. Les gens se croyaient à une soirée karaoké avec leur bon vieux poto Doherty. Ben ouais mais Peter il a beau avoir la même nationnalité que vous, ça n'en reste pas moins un "artiste" donc toi petit public tu fermes ta bouche pendant qu'il chante. Si j'étais douée en anglais je l'aurais dit. Parce que le côté la foule reprend du début à la fin (je déconne pas) toutes les chansons en criant c'est juste pas possible. Pourtant musicalement Doherty n'était pas si mauvais voire même bon. Il n' y croyait pas trop mais il enchainait ses morceaux comme il faut. Des Libertines, aux Babyshambles en passant un peu quand même par son album solo (le but normalement). On a même eu le droit à deux danseuses étoiles qui faisaient leur petit numéro à côté de lui. Une petite heure de concert. Déception au rendez vous.
Finalement c'est assez triste de voir la presse s'éfforcée de redonner ses lettres de noblesses à Doherty et de voir un public aussi peu respectueux surement persuadé de montrer de la meilleure façon qu'il soit son "amour" pour lui. Voir des femmes de 40 ans lui donner des dessins le représentant ou une petite nana lui passant un message lui demandant de venir jouer dans son blaide paumé ça me donne juste envie de dire merde un peu vulgairement.





Commentaires

Poster un commentaire